Parfumerie sélective : le marché enregistre un repli

L’année n’a pas commencé sous les meilleurs augures pour le sélectif. Le circuit accuse un recul de ses ventes en valeur et surtout en volume, de respectivement 1,1% et 4,1% au premier trimestre 2012, qui touche l’ensemble de la distribution. Les indépendants voient leurs volumes chuter de 6,4%, les grands magasins de 4,8%. Les chaînes limitent la casse à -3,6% mais grâce à une augmentation du nombre de magasins (+ 16 par rapport à la même période 2011). En valeur, seuls les grands magasins affichent une très légère hausse de 0,2%, chaînes et indépendants étant en baisse de 1,6% et 0,6%. Le parfum et le maquillage, jusqu’alors locomotives du marché, s’essoufflent. Les parfums sont dans le rouge : -4% en volume et -1,6% en valeur (féminins à -1,4% en valeur et masculins à -1,8%). En revanche, les coffrets, particulièrement mis en avant lors de la Saint-Valentin, ont progressé de 3,9% (hommes) et se sont maintenus à -0,1% (femmes). Malgré tout, ce rendez-vous annuel «a été décevant», selon Marie-Hélène Morin, déléguée générale de la FFPS. Les ventes de maquillage, en progression à deux chiffres fin 2011 (+13,1% en valeur et +12,2% en volume), dégringolent (voir tableau). Les produits pour le teint régressent de 3,4% en valeur, pour les yeux et les lèvres de 3,7% chacun. Seuls les soins poursuivent timidement leur redressement amorcé en octobre. Les coffrets de soins masculins ont battu des records : +116,3% en valeur et +81% en volume. Dans ce contexte, la profession se concentre sur la fête des Mères et celle des Pères, qui représentent le deuxième moment phare de son activité après Noël.

Facebook
Twitter