Alors que Vogue Paris avait fait scandale en publiant des photos de petites filles en talons ai-guilles en 2010, les 19 éditions internationales du magazine, propriété du groupe Condé Nast, se sont engagées à n’utiliser désormais que l’image de mannequins «en bonne santé et de plus de 16 ans». «Vogue pense que la bonne santé, c’est la beauté», a déclaré le président du groupe, Jonathan Newhouse. Vogue a établi un pacte en six points dans lequel il met les professionnels de la mode face à leurs responsabilités. Il recommande aux directeurs de casting d’«encourager des conditions de travail saines», notamment concernant l’alimentation. Les couturiers sont invités à «prendre en compte les répercussions que peuvent avoir la création de modèles de vêtements aux tailles irréellement petites». Cette décision changera-t-elle le regard sur la beauté, dans une industrie habituée au diktat de la jeunesse et de la minceur ? Pour Isabelle Germain, fondatrice du site Les Nouvelles News qui milite pour une représentation égale des hommes et des femmes dans les médias, «c’est un premier pas. Il y a une prise de conscience de la part des magazines de mode. Tout ne va pas changer du jour au lendemain mais on avance».

Facebook
Twitter