la beauté, toujours une valeur sûre

Comme le confiait récemment le directeur Europe d’une grande marque, «les affaires sont dures mais, au vu de la crise qui sévit partout avec plus ou moins d’intensité et des élections qui, toujours, freinent la consommation, nous nous en sortons relativement bien. Le ralentissement pourrait être plus grave si l’on s’en tient à la brutalité des chiffres du chômage, de la baisse du pouvoir d’achat ou du manque de confiance des consommateurs». Certes, en France, si l’on en croit Kantar Worldpanel Beauty, la consommation par tête est passée de 172,60 euros en 2009 et 2010 à 171,40 euros l’année dernière. Alors que le panier moyen en grande distribution et vente directe augmente, c’est d’abord le sélectif qui fait les frais de cette baisse. Les femmes – et les hommes – achètent sans doute autrement mais ne renoncent pas à la beauté. La preuve ? Les capillaires, longtemps à la peine dans les GMS, repartent grâce à des produits plus sophistiqués. En sélectif, la palme de la croissance revient au premier trimestre aux coffrets de soin pour hommes : +116,3% en valeur et +81% en volume (source NPD). Il n’y a pas si longtemps, personne n’aurait imaginé pareille performance !

L’enthousiasme et le sérieux des membres du jury des Oscars de CosmétiqueMag montrent que même un public ultra-connaisseur peut encore rêver face aux nouveautés. Cette édition reflète la richesse d’une industrie qui concilie toujours le rêve et le bien-être, le plaisir et l’efficacité, les innovations et les classiques revisités.

Facebook
Twitter