Marque : roger & Gallet met le cap sur l’Europe et le Brésil

Pour fêter ses 150 ans, la marque, longtemps franco-française, met le cap sur l’international. Héritière de Jean Marie Farina, l’inventeur de l’appellation eau de Cologne en 1806, des deux beaux-frères Armand Roger et Charles Gallet, passée chez Sanofi puis chez PPR, elle n’a rejoint la division Cosmétique active de L’Oréal qu’en 2010, deux ans après l’acquisition d’YSL Beauté par le groupe. Ce retour chez un spécialiste de la pharmacie, son circuit de prédilection, s’accompagne évidemment d’une réflexion sur son développement. «Nous avons là un joyau, une marque française patrimoniale aux valeurs fortes et intactes, mais au business model atypique», résume Brigitte Liberman, directrice générale de la division Cosmétique active.

Vendue dans 5 000 pharmacies (hors répartiteurs) en France, elle progresse toujours, à +22% en 2011, et l’Huile Sublime Bois d’Orange permet un rajeunissement de la clientèle, «la transmission de la marque à la jeune génération», selon l’expression de Thierry Vidart, directeur général international de la marque. Mais cela ne suffit pas. Il faut créer une catégorie «bien-être par le parfum en pharmacie» au niveau international, convaincre les officinaux d’élargir leur offre au-delà du soin et de l’hygiène.

Doubler le chiffre d’affaires

Cette conquête passe d’abord par l’Europe de l’Ouest où, à fin 2011, Roger & Gallet est commercialisé dans 3 500 portes (hors France) réparties entre les pharmacies (75%) et le sélectif (25%) avec, notamment, El Corte Inglés en Espagne. La seconde étape est brésilienne. Le Brésil est le troisième marché de la Cosmétique active avec une croissance de 28% en 2011, un pays où la pharmacie est un important réseau de distribution. En quelques mois, la marque y a ouvert 550 portes et doit continuer à progresser. Un passage incontournable pour atteindre l’objectif annoncé : 100 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici à cinq ans, soit le double d’aujourd’hui.

Facebook
Twitter