Marque-enseigne : l’OCCITANE POURSUIT SON EXPANSION

Trente-six ans après sa création, la marque-enseigne (772 millions d’euros de CA) sort ses premières eaux de Cologne (lire p. 28) et lancera à la rentrée Bonne Mère, une ligne d’hygiène familiale grand format. «Nous ne réfléchissons pas à un nouveau concept, nous sommes en évolution permanente, explique Olivier Baussan, fondateur et actionnaire minoritaire de L’Occitane. Nous testons beaucoup d’aménagements merchandising, notamment à New York où nous avons des surfaces qui atteignent 200 m².» En France, c’est la boutique des Ternes, à Paris, qui joue ce rôle de pilote. L’assortiment reste mondial même en Asie, où l’enseigne, fidèle à son positionnement de marque française, ne propose pas de produits blanchissants. Elle reste en progression sur tous les marchés. «Même à périmètre constant, note Emmanuel de Courcel, DG Europe, nous avons des boutiques différentes en termes de surface de vente. Nous travaillons à une sélection de l’offre selon les formats.» La première référence mondiale étant la crème pour les mains au beurre de karité.

Avec 130 points de vente en France, dont la moitié en franchise, L’Occitane estime pouvoir en ouvrir encore une vingtaine et compléter le maillage du territoire via des corners en grands magasins ou en pharmacies (un millier de portes à ce jour). En Allemagne, Italie et Espagne, avec respectivement 40, 30 et 30 points de vente, «il y a encore du potentiel» souligne Emmanuel de Courcel. Dans le reste du monde, ce dernier nourrit des ambitions pour la Chine, la Russie et le Brésil, ainsi que pour le circuit du travel retail. Le déploiement des cabines n’est pas un axe clé, si ce n’est chez quelques franchisés et de manière tactique en Asie. En revanche, l’enseigne pilotée par Reinold Geiger depuis 1996 développe ses spas dans les hôtels, en plus des dix en propre. De quoi préparer ses 40 ans en beauté.

Facebook
Twitter