Les coulisses de la création : la petite robe noire de Guerlain, acte 2

La nouvelle version de cette fragrance, retravaillée par le parfumeur maison, se déploie dans toutes les parfumeries tandis que la communication adopte un ton espiègle.

Une communication décalée et poétique

Loin de céder à la mode des égéries, les équipes de Guerlain ont donné carte blanche à deux artistes chics et décalés, Olivier Kuntzel et Florence Deygas. Ceux-ci ont dessiné à l’encre de Chine la silhouette d’une Parisienne espiègle dans un univers enjoué et plein de poésie.

De grandes ambitions

«Avec ce lancement, nous explorons la voie de l’intime et du sublime après avoir, ces dernières années, réaffirmé notre statut de parfumeur, notamment avec l’arrivée de notre créateur maison, Thierry Wasser», explique Laurent Boillot, directeur général de Guerlain.

Une cerise noire réinterprétée par Thierry Wasser

Née il y a deux ans et disponible uniquement dans les boutiques de la marque, La Petite Robe Noire connaît une seconde vie avec une fragrance retravaillée par le parfumeur maison, Thierry Wasser, et une distribution élargie à toutes les parfumeries. «J’ai réinterprété la cerise noire en accentuant son côté sombre, mais sans aller vers la noirceur grâce à une belle eau amandée», explique le créateur. Les autres matières surdosées, le patchouli et la rose, apportent de la sensualité tandis qu’en coeur, la réglisse et le thé noir fumé donnent un côté sec presque cuiré au jus, qui se conclut sur une Guerlinade aux accents de vanille et de fève de tonka.

Un flacon centenaire modernisé

Réplique de Mitsouko et de L’Heure Bleue, créé il y a plus de 100 ans, le flacon est reconnaissable avec son bouchon aux allures de coeur inversé. Dégradé du noir au rose poudré, il dévoile en ombre chinoise une petite robe noire redessinée pour l’occasion par Serge Mansau. Tout au long d’une carrière bien remplie, le designer a mis son coup de crayon au service de plus de 250 flacons de grandes marques de parfum.

Facebook
Twitter