Les coulisses de la création : Kokorico retentit en parfumerie

Le nouveau masculin de Jean Paul Gaultier est un pied de nez aux conventions : du jus au flacon en passant par le nom ou la communication, il ne ressemble à rien de connu.

Sous le signe du panache

Le panache est le terme utilisé par BPI, responsable de la licence parfums de Jean Paul Gaultier, pour caractériser ce nouveau masculin. Ce mot un peu désuet résume bien l’esprit chic et provocateur du créateur, qui ne voulait pas d’un parfum consensuel pour succéder au Mâle, n°2 des ventes en France en 2010. Le panache, c’est aussi celui des équipes de BPI qui ont mené à bien le projet tout en sachant qu’elles perdront la licence dans cinq ans, la mode Jean Paul Gaultier ayant été rachetée par un autre spécialiste des parfums de créateurs, Puig (Paco Rabanne, Nina Ricci, Prada…).

Un flacon en trompe-l’oeil

Le flacon représente un visage de profil, qui révèle un corps masculin après une rotation à 180°. Une touche surréaliste voulue par Jean Paul Gaultier et mise au point en collaboration avec BPI et le designer Francesco Moretti. La réalisation est signée des verriers Heinz Glas et Pochet. Fidèle à la tradition Gaultier, le parfum est vendu dans une boîte en métal rouge. Impact assuré en linéaire.

Un boisé cacao atypique

Le Mâle revisitait la fougère, Kokorico décline une autre famille, les boisés, avec une note très présente de fève de cacao brute. Olivier Cresp et Annick Ménardo de Firmenich ont créé ce jus sensuel, également à base de feuilles de figuier, cèdre, patchouli et vétiver. Il ne s’adresse pas à une tranche d’âge en particulier, mais à un homme sûr de lui et conquérant.

Un nom comme un cri

Kokorico sonne comme le chant du coq, mais avec une orthographe internationale et un graphisme inspiré de la calligraphie asiatique. Loin de la gauloiserie, on est dans un clin d’oeil à la culture française, canaille et ouverte sur le monde.

Une communication tambour battant

Jean-Baptiste Mondino, complice de toujours du couturier, réalise le film publicitaire qui réunit un casting de choc : le mannequin Jon Kortajarena, vu dans le long-métrage A single man de Tom Ford, Blanca Li à la chorégraphie, Mirwais à la musique. Les percussions au rythme entêtant seront reprises en campagne radio.

Facebook
Twitter