Développement durable : dix tendances pour un design responsable

Si le développement durable est dans toutes les bouches, peu de marques de cosmétiques ont réellement fait le pas de l’écoconception. Brandimage, agence spécialiste du design, a présenté à CosmétiqueMag ses dix inspirations pour développer des emballages vraiment durables, illustrées par des produits déjà présents sur le marché. «La beauté est relativement en retard, confirme Delphine Dauge, directrice de la stratégie chez Brandimage. Peu nombreux, les puristes, ceux qui sont bons sur toute la ligne, représentent encore une micro-niche.» Pourtant, sur d’autres secteurs, de grands acteurs ont ouvert la voie et communiquent largement auprès du public. L’écoconception devient alors un outil marketing puissant. Coca Cola, Dell ou Samsung sont par exemple déjà très engagés avec, respectivement, la Navy Chair, une chaise composée de 111 cannettes, une sacoche réutilisable qui remplace le carton d’emballage et un téléphone dont la coque est fabriquée à base de dérivés de maïs.

En savoir + : www.brand-image.fr

Integrate talents

«À deux, c’est toujours mieux.» Plusieurs sociétés peuvent se rapprocher et mettre en commun leurs compétences au service d’une même cause.

Comme La Roche-Posay ou Vichy, la ville de Jonzac s’est associée à Léa Nature pour promouvoir sa ressource locale, une eau de source.

Waste not, want not

Agir sur les déchets constitue l’un des axes préférés des marques. Le consommateur y est plus facilement sensibilisé car les détritus font partie de son quotidien.

So’Bio étic propose des emballages à 70% à base de produits recyclés et surtout, totalement recyclables.

Ask questions

Quelques intervenants osent remettre en cause les habitudes de consommation et proposent des innovations rupturistes, prenant de vrais risques.

Lush, par exemple, imite l’alimentaire en commercialisant ses savons à la coupe. La marque-enseigne va même jusqu’à transformer des produits liquides, comme le shampooing, en articles solides.

Maximise your impact

Si, jusqu’ici, peu de marques mettaient en avant leur engagement, celui-ci devient une véritable revendication. L’investissement est alors plus visible et le packaging se fait le vecteur de cette communication.

Pour cette ligne Ultra Doux, Garnier revendique une formule biodégradable à 97% et une éco-recharge de 500 ml nécessitant 74% de plastique en moins par rapport à deux flacons de shampooing de 250 ml.

Understand the scope

Les solutions durables peuvent constituer un axe d’innovation packaging et merchandising au service des besoins réels du consommateur.

De même que Thierry Mugler qui le fait depuis longtemps, Kenzo propose désormais des recharges et des fontaines en point de vente pour Flower.

Less is more

Quelques marques facilitent le recyclage en privilégiant le mono-matériau. Elles limitent aussi le suremballage et produisent en Europe. En plus d’optimiser leur empreinte carbone, elles économisent en coût de transport. C’est la culture du moins.

Une, la marque naturelle de Bourjois, fabrique ses boîtiers uniquement en PP. Pas d’étui, seul un adhésif garantit l’inviolabilité du produit.

Design for discovery

Ce n’est pas parce que des packagings sont écologiques qu’ils ne doivent pas être design.

Pour sa gamme Verdon, L’Occitane fabrique ses emballages à partir de matériaux issus à 100% du recyclage mais conçus avec un look masculin très nature.

Engage the consumer

Les plus impliqués ont bien compris que bio ne rime pas forcément avec la couleur verte et des matériaux recyclés. Le packaging devient le support concret de l’engagement de l’industriel auprès des consommateurs.

Sur ses emballages, la marque grecque Korres accorde un large espace à l’affichage de son implication, notamment avec une multitude de «no» et de «yes».

Tell a story

Certaines marques imaginent des histoires pour faire entrer le consommateur dans une relation de développement durable.

Engagée depuis toujours, la marque brésilienne Natura associe le consommateur à sa démarche en communiquant sur ses prises de position.

Design in parallele

Le design doit s’inclure en amont des briefs dans la stratégie de développement durable. Mais pour que cela fonctionne, la marque doit être engagée.

Chez Kibio, on a fait le choix de pots en verre recyclé et d’un étui qui s’ouvre en corolle, sans cale ni notice.

Facebook
Twitter