les coulisses de la création : Elie Saab, Le parfum

Pour sa première fragrance, le couturier libanais propose une création à l’image de ses robes haute couture sans tomber dans le cliché de l’opulence clinquante.

Un styliste passionné depuis l’enfance

Né à Beyrouth en 1964 dans une famille qui ne le prédestinait pas à la mode, Elie Saab n’a que 9 ans lorsqu’il dessine sa première robe pour sa sœur cadette. Dès l’âge de 18 ans, il crée sa propre maison de couture et conquiert rapidement les marchés du Moyen-Orient. En 2000, il présente ses collections à Paris et fait rayonner le Liban dans le monde entier.

Un flacon très architecturé

Il reflète la passion du couturier pour le design et l’architecture : des lignes droites, la rigueur du cube et la densité des beaux objets. Dessiné par Sylvie de France, le flacon est travaillé comme du cristal et moulé par les verreries Brosse. Pas moins de vingt-cinq maquettes du capot ont été nécessaires avant d’obtenir une pièce qui fait écho au flacon. L’étui beige rosé souligné de brun chocolat et de doré évoque le code couleur de la Maison.

Un espace conseillères informatif et ludique

Un site dédié aux conseillères a été développé pour l’occasion. www.myeliesaabtraining. com recense l’actualité de la ligne, propose des jeux-concours et des informations produits. Des soirées événementielles sont par ailleurs organisées dans quatre villes de France.

Une fragrance solaire

BPI, qui détient la licence Elie Saab, a été à nouveau conquis par le parfumeur Francis Kurkdjian (Takasago), auteur du Mâle de Jean Paul Gaultier. Ce dernier rend hommage à l’Orient en évitant les clichés. Il a composé un floral boisé solaire, qui débute sur des notes de fleur d’oranger amplifiées en cœur par le jasmin et le patchouli. Le sillage associe un accord boisé de cèdre à des notes de miel de rose.

Une campagne presse et affichage

Les photographes de mode Mert & Marcus ont immortalisé le mannequin Anja Rubik. Cheveux dénoués, elle marche dans une ville, éclipsant tout sur son passage. Signée par le couturier, sa robe de mousseline, dont la couleur renvoie à celle de la fragrance, vole au vent.

Facebook
Twitter