Baux commerciaux : le Millénaire met les magasins au vert

Ce premier centre commercial français à bénéficier d’une double certification environnementale HQE et Breeam incite les commerces à réduire leur consommation énergétique.

Dès le 1er janvier 2012, les propriétaires de centres commerciaux devront intégrer, dans leur contrat de bail, une annexe environnementale incitant leurs locataires à réduire leur consommation d’énergie. Cette mesure fait suite aux décisions gouvernementales prises dans le cadre du Grenelle de l’environnement. La loi Grenelle 1 fixe une réduction des consommations d’énergie de 38% d’ici à 2020.

En début d’année, les membres du Conseil national des centres commerciaux (CNCC) et la Fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé (Procos) se sont entendus sur des préconisations communes. « Je me suis battu au sein du CNCC pour que tous les adhérents adoptent les mêmes standards environnementaux dans leurs baux afin que les enseignes n’aient pas à répondre à autant de critères différents que de propriétaires », explique Pierre-Yves Le Scanff, directeur du développement durable de Klépierre-Ségécé, qui a mis en place ce bail dit « vert » au Millénaire. Entièrement éco-conçu, ce nouveau centre bénéficie d’une double certification environnementale (HQE et Breeam, niveau « Very good »). Les consommations d’électricité et d’eau ont respectivement été réduites de 28% et 30% par rapport à un centre normal grâce à un hectare de verrières, un pilotage automatique des intensités lumineuses, des bacs de rétention de l’eau de pluie, utilisée pour le nettoyage des parties communes par exemple.

Malgré tout, les commerçants sont encouragés à réduire leur consommation d’énergie. « Il ne s’agit pas de s’ingérer dans leurs affaires. Avant l’adoption d’une annexe environnementale commune, certains bailleurs limitaient la puissance des éclairages pour réduire la consommation électrique. Je ne crois pas au développement durable sous la contrainte, indique Pierre-Yves Le Scanff. En outre, certaines boutiques ont besoin de plus de lumière que d’autres. En fait, nous leur demandons de nous communiquer leur consommation énergétique afin d’avoir des données précises sur la consommation globale du site. Par ailleurs, nous les incitons à participer une fois par an à un débat organisé par le centre sur ces sujets environnementaux, sachant que nous aurons, autour de la table, les responsables des magasins. Certes, ceux-ci ne sont pas les mieux placés pour faire évoluer la politique générale de leur enseigne mais ils sont attentifs à la gestion du point de vente et, par conséquent, à tout ce qui peut réduire les coûts. » Cette réunion annuelle, qui se tiendra dans tous les centres du CNCC, doit progressivement sensibiliser les locataires.

Facebook
Twitter