Distribution : des distributeurs automatiques en pharmacie

On connaissait les distributeurs de parfums et de produits de maquillage à l’enseigne Sephora dans certains JC Penney, aux États-Unis. Les machines automatiques font maintenant leur entrée en pharmacie. La société Retinco, fondée par les informaticiens Jean-Luc Fourmond, Frédéric Lemaire et Xavier Colombel, en a équipé une dizaine en France et dans les DOM-TOM. La Petite Parapharmacie, nom de l’appareil, peut contenir de 60 à 90 références, laissées à la discrétion du pharmacien « mais qui sont autorisées à la vente en libre-service comme des produits d’hygiène ou de premiers secours », précise-t-on chez Retinco. Rappelons que la majorité des marques, pas seulement les laboratoires pharmaceutiques, assortissent leur diffusion à la présence obligatoire d’un pharmacien.

Doté d’un vitrage sécurisé et d’un verrouillage pour la partie monétique, l’automate accepte le paiement en liquide ou par carte bancaire. Les produits sont réceptionnés par des plateaux automatisés et ne tombent pas directement dans le réceptacle. Disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, La Petite Parapharmacie est personnalisable au nom et aux couleurs de l’officine. Une pharmacie parisienne en a installé deux en vitrine. Elle a réalisé 350 euros de chiffre d’affaires les quatre premiers jours. Le coût du distributeur automa-tique est de 20 000 euros HT. Retinco propose aussi une formule de crédit-bail à partir de 450 euros HT pendant 60 mois.

Facebook
Twitter