Distribution : des « spas minute » high-tech

Maquettes des centres Bo Solis, dont trois vont ouvrir d’ici quelques mois en France et en Suisse. Ils proposeront des prestations esthétiques rapides à coût modique.

Après les centres de bronzage, de soin et d’épilation, des spas sans rendez-vous, à prix accessibles, font leur apparition.

Des lieux spacieux, designés, dédiés au bien-être, où le temps semble s’arrêter. Telle est l’image que l’on se fait des spas. Cette vision pourrait bien changer avec l’ouverture de « spas minute », conçus comme de l’esthétique high-tech. Dans cette lignée, l’enseigne Bo Solis ouvrira trois centres, à Annecy, Saint-Germain-en-Laye et Genève (Suisse), dans quelques mois. Dix autres sont programmés. Patrice Cosson et Delphine Basset, anciens franchiseurs de centres de bronzage Carré Soleil, en sont les initiateurs. Le principe est d’ailleurs inspiré de celui des établissements de bronzage ou d’instituts sans rendez-vous. « Les clients viennent quand ils veulent. Une application iPhone leur permettra d’être informés de la disponibilité des cabines », explique Patrice Cosson. La carte est composée de soins anticellulite, raffermissants, anti-âge, remodelants et de séances de bronzage sans UV (douche autobronzante), à partir de 19 euros les 30 minutes. « Le but n’est pas de prendre des clients aux instituts et aux spas mais de répondre aux besoins de femmes et d’hommes d’une trentaine d’années, pressés et/ou n’ayant pas le budget pour un modelage dans un spa », précise Patrice Cosson.

Une vingtaine de marques bio

Quant à la rentabilité d’un centre de 60 à 80 m2, « nous tablons sur un résultat net après impôt de 24% pour un chiffre d’affaires moyen de 268 000 euros HT la première année ». Le centre peut fonctionner avec une personne. Dans la cabine, le client se retrouve seul, dans une machine anticellulite, raffermissante ou remodelante, après avoir néanmoins fait l’objet d’un diagnostic sur sa masse graisseuse, musculaire, hydrique, etc. « Il a deux possibilités de paiement : à la séance à partir de 19 euros ou via une carte prépayée de 99 euros, 199 euros ou 299 euros. Cette dernière permet aussi de régler l’achat de cosmétiques », détaille Delphine Basset. Une vingtaine de marques bio visage et corps pour les femmes, les hommes et les bébés sont en effet vendues dans la partie boutique Bo Solis. « Des produits d’entrée de gamme ou haut de gamme pour tous, déjà diffusés dans d’autres circuits : instituts, GMS, internet, tels que Câlinesse, Officinéa, B comme Bio, Phyt’s, Essential Care, Naturelle Aphrodite… », ajoute celle qui compte développer Bo Solis, via une licence de marque, dans des villes d’au moins 40 000 habitants, des centres commerciaux, des gares et pourquoi pas des aéroports.

Le modèle pourrait inspirer d’autres entrepreneurs. Une chaîne hôtelière réfléchirait à l’implantation de spas minute dans ses hôtels moyenne gamme. Daniel Kasslaci, directeur commercial de Neuf Énergie, fournisseur d’un appareil anticellulite, le GMP4-14 pour « gym métabolique passive », confirme l’intérêt croissant de certains centres spécialisés dans la minceur ou dans la remise en forme pour des prestations rapides, efficaces, sans la présence permanente d’une esthéticienne en cabine : « Nous venons de développer une version assise du GMP4-14, donc plus compacte, afin qu’il puisse être installé dans des salles plus petites ». La technologie confirme sa percée dans l’univers de l’esthétique.

Facebook
Twitter