Corps : une année un peu molle

Les segments autres que les hydratants ne sont pas en forme. La pente est difficile à remonter pour les amincissants, tandis que les solaires demeurent dépendants de la météo… Enfin, la pharmacie se distingue grâce au ressort des marques.

En 2010, la palme des soins corps revient clairement aux hydratants. Ceux-ci ont réussi à se maintenir, et même à croître, dans tous les circuits sauf en sélectif. Ainsi en GMS, même si l’hydratation demeure un marché de volumes, ceux-ci réussissent à progresser (19,1 millions d’unités, à +2,3%) et le chiffre d’affaires croît légèrement (93,9 M€, à +0,4% en CAM à P13/2010 selon IRI). « C’est un énorme marché, qui pèse autant en volume que celui du visage. Mais il reste assez saisonnier, rappelle Delphine Viguier, directrice générale de Lascad. Avec un taux de pénétration de seulement 44,5%, il y a encore beaucoup de potentiel. »

C’est dans les officines que les produits hydratants ont vraiment convaincu, avec une croissance portée par les huiles (+19%), les gels (+18% en valeur) et les crèmes (+12,5%). « La pharmacie est redevenue concurrentielle et compétitive par rapport à la grande distribution, tant en termes de prix que de contenances, avec beaucoup d’activité promotionnelle et d’animations », fait observer Farida Daoud Almadowar, vice-présidente de Lierac. Un bémol pour le sélectif, où les volumes ont progressé, mais pas la valeur. Notamment du fait de marques comme Quiriness chez Marionnaud, au positionnement prix inférieur. De plus, souligne Sarah Millet, responsable marketing France de Clarins : « On a vu beaucoup de produits corps disparaître. Les grandes marques du sélectif se concentrent sur le visage et l’anti-âge. »

Les parfumeries n’auront pas connu de résultats plus glorieux avec les amincissants. Malgré la forte activité des marques présentes, les anticellulitiques topiques n’ont pas non plus fait les beaux jours des officines (23 M€ de CA à -12,7% selon IMS) ni ceux des parapharmacies (11,5 M€ de CA à -8%). Et ce n’est pas mieux en GMS, où les ventes de produits amincissants affichent un net recul : -10% pour le chiffre d’affaires à 32,15 M€ et -5,6% pour les volumes à 2,8 millions d’unités (en CAM à P13/2010 selon IRI).

Sur cette année 2010 dans l’ensemble un peu terne, les solaires n’auront pas vraiment apporté l’embellie attendue. Pas franchement brillants en sélectif (à -3% en valeur selon NPD Group), ils n’ont guère fait d’étincelles non plus en pharmacies (à -6,1% en valeur selon IMS Pharma). Et ils ont tout juste sauvé la mise dans la grande distribution avec +0,4% en valeur et -0,9% en volume (en CAM à P13/2010 selon IRI). « Le mois d’août, particulièrement mauvais, a pénalisé l’année », commente Amandine Rassat, directrice marketing France de Garnier.

Évolution en valeur du segment des hydratants en 2010

+ 0,4 % en grande distribution *

– 4 % en parfumerie sélective **

+ 8 % en pharmacie ***

*Source : CAM à P13/2010 selon IRI. **Source : The NPD Group/panel BeautyTrends. ***Source : IMS Pharma.

Facebook
Twitter