Solidaire : lES MARQUES AIDENT À REGAGNER CONFIANCE

Outre des conseils de maquillage, ces ateliers pour demandeuses d’emploi prévoient une séance de relooking vestimentaire.

Des marques de beauté, en association avec le fonds de dotation Ereel, organisent des ateliers de relooking destinés à des demandeuses d’emploi de longue durée.

Louise est violoniste. Elle est à la recherche d’un emploi depuis plusieurs mois. Début janvier, elle a été contactée par l’agence Pôle Emploi Paris Cardinet (dont dépendent les XVIe et XVIIe arrondissements) pour participer, avec huit autres demandeuses d’emploi, à une journée de relooking. Chacune a pu ainsi bénéficier de recommandations personnalisées sur le soin de la peau, des mains et des ongles, le maquillage, la coiffure et la tenue vestimentaire.

Le coaching beauté était assuré par Régine Ferrère, présidente de la Confédération nationale pour l’esthétique et la parfumerie (Cnep), partenaire d’Ereel, le fonds de dotation initiateur de cette opération avec Pôle Emploi. « Il faut maquiller ces femmes tout en respectant leur personnalité. Le maquillage doit rester naturel, il doit être pensé pour un entretien et non pour une soirée », explique Régine Ferrère. Parmi les autres donateurs, on peut citer Habiba Gamgani, styliste ongulaire, Caress Pro-Care, marque de soins utilisée par les cliniques de médecine et chirurgie esthétique Spontini et Élysées Montaigne à Paris, et Revlon-Gatineau.

En plus de fournir gracieusement les cosmétiques et le maquillage, Revlon-Gatineau remettait à chaque participante, au cours de ces ateliers, une trousse contenant des produits de beauté. Lors de cette parenthèse beauté, un DRH d’une grande entreprise les conseillait sur la façon de démarcher un employeur et de participer à un entretien d’embauche. L’opération n’a rien de futile. « C’est une façon de leur redonner confiance, de faire remonter l’estime de soi, précise Pascal Dumont, directeur de Pôle Emploi local Paris. Nous proposons déjà des entretiens simulés, avec un employeur fictif, pour apprendre à ces femmes à se présenter et à convaincre. Si les sociétés ne recrutent pas sur l’apparence, il est évident que celle-ci a son importance. N’étant pas des spécialistes du relooking, nous avons fait appel au fonds de dotation Ereel pour organiser ces journées. »

Deux d’entre elles se sont tenues en janvier et février à Paris, au Bureau d’Image Cynthia Cohen Peres, partenaire d’Ereel. D’autres suivront en mars, avril, mai et juin, au même endroit. « La convention nationale avec Ereel va se développer en région parisienne et au-delà », annonce Pascal Dumont.

Prendre soin de soi

Ces ateliers sont destinés aux femmes à faible revenu, bénéficiaires du RSA ou de minima sociaux, ou à des personnes ayant des difficultés à retrouver du travail après une longue période d’inactivité. Elles sont sélectionnées par leur agence Pôle Emploi. « Les ateliers m’ont redonné du courage. Je me sens plus à l’aise. Jusqu’à présent, je ne prenais pas soin de moi », déclare une jeune femme diplômée de Paris Dauphine, en recherche d’emploi depuis trois ans et demi dans la coordination de projets sur le développement durable. Pour reprendre Régine Ferrère, « le contact, c’est mieux qu’une boîte de Prozac ».

En savoir + : www.ereel.org

Facebook
Twitter