Parapharmacie : pARASHOP SE LAISSE TENTER PAR LE BIEN-ÊTRE

Les trois univers, Fraîcheur (bleu), Beauté (orange) et Bien-être/ nutrition (vert), sont clairement signalés par des bandeaux sous plafond.

La chaîne va rénover six de ses 71 parapharmacies d’ici au mois de mars. Celle installée au 46 rue de la Chaussée d’Antin, à Paris, a été la première à bénéficier du nouvel agencement, en décembre dernier. Les suivantes seront situées dans la capitale et en Île-de-France. L’offre de Parashop est désormais classée selon trois univers : Fraîcheur (hygiène toilette), reconnaissable par son code couleur bleu, Beauté (en orange) et Bien-être (en vert). Ces deux dernières catégories ont par ailleurs été développées.

“Nous avons repositionné l’enseigne sur le bien-être et la beauté par la santé, qui occupent 60% de l’espace, précise Corinne Morel, directrice marketing et achats (ex-Douglas et Sephora). Le rayon beauté représente moins de la moitié de notre activité, nous voulons l’amener à près de 60%. Pour y parvenir, nous référençons notamment une quinzaine de nouvelles marques. Chacune est composée d’une gamme très courte, de sept références maximum.” Parmi elles : Pulpe de Vie, Cap Cosmetics, SingulaDerm et Pulse, une marque de compléments alimentaires conçue par les Laboratoires ClémaScience avec Parashop.

De nouvelles marques en rayon

“Nous comptons renouveler ce type de partenariat sur la nutrition. En revanche, si nous lançons des cosmétiques, ce sera à notre nom”, explique Corinne Morel. Un chef de produit MDD a été recruté fin 2010. Les 34 produits d’hygiène (démaquillant, gels douche, lait corps, eaux oxygénées…) et 147 accessoires à la marque propre, Être Bien, seront revus. Parallèlement, des nouveautés verront le jour et des marques exclusives devraient faire leur entrée aux côtés d’IDC, Element et Poméol. “Nous sommes très attentifs aux prix des marques référencées. Ils doivent rester accessibles, c’est le principe même de la parapharmacie, rappelle la directrice marketing et achats. Nous nous alignons sur les tarifs pratiqués dans la zone de chalandise mais nous ne cassons jamais les prix.”

Pour faire de la place aux nouveaux venus, des rayons ont été réduits, comme celui consacré aux produits pour bébés. “Les ventes ne cessent de baisser. Les acheteuses privilégient la pharmacie pour ce type d’achat, constate Corinne Morel. Et il n’est pas toujours utile d’avoir une même référence en trois contenances.” Les produits ménagers et les chaussures ont disparu. Les immenses gondoles centrales ont été remplacées par des meubles plus petits pour créer un lieu convivial. Enfin, un espace de vente conseil a été installé au fond du magasin, dans un endroit plus calme. Parashop ou la para plaisir.

Facebook
Twitter