Maquillage : de Bruyère lance la licence Lollipops

Charlotte Catton, fondatrice de De Bruyère, avec Marie Eyt, son associée : «Nous voulons aider les marques de prêt-à-porter ou d’accessoires milieu de gamme à se lancer en maquillage».

La marque d’accessoires et de sacs Lollipops est la première à entrer dans le giron de De Bruyère (du nom de jeune fille de ses fondatrices). Depuis décembre 2009, Charlotte Catton, ex-PWC, Guerlain et SGD, et sa soeur Marie Eyt, associée, directrice commerciale et marketing, gèrent la création et la distribution mondiale du maquillage de la griffe. « Une gamme aux couleurs de Lollipops où, en clin d’oeil aux sacs, chaque produit est contenu dans un pochon », explique Charlotte Catton. Pour cette première ligne, De Bruyère a fait appel à une dizaine de partenaires industriels afin de tester les qualités de chacun, le tout made in Europe, « une vraie volonté de notre part », insiste la jeune femme. La Vache Noire signe le design des packagings, qui adoptent un effet soft touch. Pour commencer, dix références sont vendues dans les quelque vingt-cinq boutiques françaises de la marque et devraient arriver dans une vingtaine de parfumeries Douglas d’ici à la fin de l’année.

Deux types de service

La prochaine collection sera lancée en mars 2011 avec pour objectif d’atteindre une centaine de références d’ici à deux ans. Un élargissement de la distribution à d’autres enseignes et aux grands magasins est en cours de négociation.

Un joli coup d’essai pour De Bruyère, qui travaille déjà sur de nouvelles licences. Avec un business model à mi-chemin entre Inter Parfums et Maesa, l’entreprise propose aujourd’hui deux types de service : le développement d’une licence ou la conception d’une marque clés en main. « Si la seconde est moins risquée, ces deux activités sont complémentaires en cas de mauvais investissement », conclut Charlotte Catton.

Facebook
Twitter