La fin de l’année va entériner les pratiques d’achat au rabais. Les offres promotionnelles des enseignes dans le cadre de campagnes nationales ou réservées aux nombreux porteurs de leur carte de fidélité n’ont jamais été aussi nombreuses en cette période où près du tiers du chiffre d’affaires annuel des ventes de parfums se joue dans le circuit sélectif.

La bonne tenue du marché n’y fait rien. Plutôt bien sorti de la crise, le secteur ne revoit pas pour autant sa pression promotionnelle à la baisse. Il s’adapte à un consommateur décomplexé et pragmatique, qui privilégie les prix barrés, comme c’est le cas depuis plus longtemps dans les univers du prêt-à-porter ou de l’automobile. Ces nouvelles habitudes ont désormais un impact direct sur les propositions commerciales des marques et sur les politiques d’assortiment des distributeurs. Après des années de montée en gamme, l’heure est à l’accessibilité, illustrant la capacité du marché à vivre avec son temps. Preuve en est, la dernière étude du cabinet Deloitte sur les intentions d’achat à Noël place le parfum en tête des cadeaux offerts. Il gagne même deux rangs dans la catégorie des cadeaux attendus, pour se hisser en troisième position. De quoi passer de très bonnes fêtes, ce que je vous souhaite à tous.

Facebook
Twitter