une année de sophistication

Le cru 2010 oscille entre classicisme, avec une large part toujours accordée aux fleuris chez les féminins, et singularité, avec des accords audacieux. Toutes les tendances de l’année analysées par les parfumeuses de Cinquième Sens.

Les histoires se suivent et ne se ressemblent pas. En 2010, les marques ont investi de nouveaux univers. Les parfums féminins – qui représentent 63% des lancements étudiés – se laissent tenter par les péchés de gourmandise et de luxure, tandis que les masculins (21%) reviennent à des compositions plus sophistiquées, loin de la nouvelle fraîcheur qui les caractérisait jusqu’alors. Les mixtes (16%), qui inspirent fortement la parfumerie sélective, proposent des créations plus consensuelles, susceptibles d’attirer les amateurs de belles matières. “Un raffinement au summum de la qualité pour certains”, décrit Isabelle Ferrand, directrice générale de Cinquième Sens. Côté ingrédients, si le vétiver est la star de l’année pour les masculins comme pour les mixtes, les féminins mettent en valeur des senteurs oubliées à la façon d’une madeleine de Proust. Accords vanille, amande et caramel sont plébiscités pour un retour à l’enfance.

Exit les collections et les flankers, largement développés l’an dernier, au profit de vraies déclinaisons qui constituent autant d’occasions de raconter une nouvelle histoire “tout en gardant l’identité olfactive de la composition originale”, insiste Isabelle Ferrand. Après le sport, la tendance est à la nuit – en ligne avec la volonté de sophistication – pour les masculins. Enfin, si les marques revendiquent des parfums plus rémanents, une quinzaine seulement ont passé le test du sillage.

En savoir + : les parfumeurs commentent les grands accords sur cosmetiquemag.fr

Facebook
Twitter