Produits : l’offre ethnique se démocratise

Après une première vague en télévision en début d’année, Clinique relance ce mois-ci une campagne de publicité pour son soin anti-tache Even Better Clinical, avec des mannequins de différents types ethniques. Sorti en avril 2010, ce sérum est immédiatement devenu la référence numéro un de l’anti-âge en sélectif, selon NPD. S’il cible tous les problèmes de pigmentation quel que soit le type de peau, sa formule à base de Dianella ensifolia le positionne comme le partenaire naturel des femmes noires et métisses. Cet actif d’origine asiatique a en effet démontré un pouvoir éclaircissant comparable à celui de l’hydroquinone, sans les conséquences dangereuses de cet ingrédient interdit hors prescription médicale. Parallèlement, la marque américaine double son offre sur quatre gammes majeures de fonds de teint, afin de couvrir une plus large palette de couleurs et de textures. Avec la reformulation de la gamme de soins de la griffe spécialisée Black Up, et le lancement en pharmacies d’un produit éclaircissant signé SkinCeuticals, l’offre pour peaux ethniques (un marché évalué à 9 millions de personnes en France, voir CM n°98, p. 8) semble se démocratiser.

« Choix et service »

« Une des promesses de Clinique est d’être la marque pour tous, explique Franck Besnard, directeur général France. Even Better Clinical n’est pas spécifiquement un produit pour peaux ethniques mais il apporte une réponse à un besoin peu traité en sélectif. Les fonds de teint, testés sur nos stands en grands magasins et dans certains Sephora, correspondent aux objectifs de choix et de service liés à l’offre de prestige. C’est par ces initiatives que les distributeurs réussiront à attirer de nouvelles consommatrices et à défendre leur valeur ajoutée par rapport aux autres circuits. » Sur un marché du soin saturé en sélectif, c’est bien dans les niches qu’il faut chercher la croissance.

Facebook
Twitter