Portrait : rAMI MEKDACHI RÉVÉLATEUR D’UNIVERS

Après avoir offert une identité olfactive à l’hôtel Costes, au bureau de tendances Nelly Rodi ou encore au designer Jacques Garcia, Rami Mekdachi, 39 ans, vient de piloter la collection de cinq parfums Roger Vivier sortis cet automne. Pour faire entrer l’univers du chausseur dans un flacon, le directeur artistique a imaginé un rituel valorisant les belles matières. “Tout est né de ma rencontre avec Inès de la Fressange, qui dirige la marque, raconte-t-il. J’ai ensuite passé plusieurs mois à analyser ce que les gens aimaient chez Roger Vivier.” Une démarche atypique que cet originaire de Beyrouth mène depuis dix ans, après une carrière éclair chez L’Oréal et LVMH. Amoureux des odeurs, il voulait revenir à une forme de parfumerie traditionnelle, auprès de marques pointues ne souhaitant pas signer de licences. “Lorsque je conçois un parfum pour Colette, La Réserve ou Bensimon, je me mets au service de leurs fans.” Des noms qui ont en commun une certaine envie de rareté et le goût de prendre son temps. Fidèle à ses parfumeurs fétiches (Benoist Lapouza, Pierre Bourdon…), Rami Mekdachi travaille aujourd’hui sur une dizaine de projets et accompagne les fragrances qu’il a déjà créées “pour les guider vers une étape supérieure et sortir de la confidentialité”.

Facebook
Twitter