Aménagement : la beauté au travail

Symrise a privilégié l’association de la modernité, avec des modules design, et du naturel, avec la création d’un jardin botanique autour des cinq sens.

Yves Rocher, Chanel ou encore Symrise. Les entreprises de la beauté n’échappent pas à la vague du space planning. Elles sont nombreuses à réaménager leur espace de travail en fonction de leur culture. « Les sociétés du monde de la beauté ont un gros appétit d’esthétique, ce que l’on ne retrouve pas dans la banque, l’assurance ou le consulting », observe Valérie Parenty, qui dirige Saguez Work-style, filiale de l’agence de design Saguez & Partners, créée avec le bureau d’étude Quadrilatère. Dans un contexte d’incertitude, les racines de l’entreprise ressurgissent. Son histoire devient le point de départ de l’aménagement, « d’autant que l’environnement reflète la personnalité de chaque maison et participe à mieux véhiculer son image de marque », explique Valérie Parenty. Les bureaux de la direction commerciale d’Yves Rocher, à Rennes, en sont la parfaite illustration. Tout l’agencement a été pensé autour des plantes cultivées au siège de La Gacilly (voir CM n°106, p. 72). « L’objectif est de donner une identité au-delà de l’espace d’accueil. Cette identité doit révéler les valeurs de la société », poursuit Valérie Parenty.

Symrise, un cas d’école

Lorsque la maison de composition Symrise a décidé de regrouper toutes ses équipes parisiennes sur un seul et même site, à Clichy (Hauts-de-Seine), Saguez & Part-ners a réorganisé l’espace en étudiant les flux d’information. Ainsi, les coordinatrices et les parfumeurs ont été rapprochés afin de créer des synergies d’expériences et de compétences. En ce qui concerne la décoration, l’origine de chimiste de la société a été valorisée par l’alliance du naturel, avec la création d’un jardin botanique conçu autour des cinq sens, et de la modernité grâce à des modules design. « Après trois années passées dans les lieux, nous avons obtenu de bonnes synergies et la délocalisation des bureaux a entraîné très peu de perte de personnel », se félicite Roberto Ascoli, senior vice president global creation & innovation division scent & care de Symrise.

Facebook
Twitter