Faire revenir les jeunes femmes en parfumerie est l’enjeu de cette rentrée. Ces dernières années, les marques avaient concentré leurs efforts sur une offre ultrapremium, s’adressant de fait à une clientèle aisée et captant plutôt la cible des quadra, quinqua et plus. Cette stratégie a eu pour résultat de doper la valeur du marché, mais pour contrepartie de laisser fi ler les volumes. Enseignes et marques veulent aujourd’hui relancer le trafi c en magasin, ce qui passe par la reconquête de consommatrices au budget plus serré et notamment des jeunes femmes. En soin, l’intention est manifeste. Il suffi t d’observer la mise en avant de l’offre marque de distributeur en point de vente refonte de la gamme soin chez Sephora, nouvelle ligne chez Marionnaud ou les efforts des marques, à commencer par ceux du leader Clarins avec ses références pour peaux jeunes (lire p. 56). En parfum, le pilier d’Yves Saint Laurent, Opium, se décline en version plus contemporaine pour les nouvelles générations (p. 42). De même, Chloé propose avec Love une fragrance plus moderne (p. 45). Sans parler de la présence en magasin, depuis le milieu de l’été, de Lady Million chez Paco Rabanne et de Womanity chez Mugler (lire CM n°109). Gageons que les jeunes femmes, déjà très sollicitées par Apple ou les griffes de maroquinerie, prendront goût à la beauté en circuit sélectif, faute de quoi l’avenir de ce dernier serait compromis.

Facebook
Twitter