Parfum féminin : ySL renouvelle l’addiction avec Belle d’Opium

Après Parisienne, réécriture contemporaine de Paris, Yves Saint Laurent revisite son pilier Opium pour les nouvelles générations. Belle d’Opium renvoie aux classiques – le film “Belle de jour” de Luis Buñuel et le roman “Belle du seigneur” d’Albert Cohen -, mais aussi à l’héroïne contemporaine Bella de la saga “Twilight”. L’addiction aux paradis artificiels cède la place au pouvoir de fascination des réseaux sociaux et de la mise en scène de soi-même. La tentatrice de Belle d’Opium n’est plus sous l’emprise de son parfum mais source elle-même d’envoûtement. Pour le jus, Honorine Blanc et Alberto Morillas (Firmenich) ont joué une nouvelle partition orientale au coeur floral (lys de Casablanca, absolu jasmin, gardénia), agrémenté d’encens et d’un accord tabac narguilé. La mandarine et le poivre blanc apportent une fraîcheur fusante, la pêche une rondeur gourmande. Le sillage garde la structure finale patchouli-santal, enrichie de résines.P. c. C.

PROMESSE Une fragrance orientale opulente caractérisée par ses notes florales associées à un accord narguilé.

COMMUNICATION La comédienne Mélanie Thierry est l’égérie à la fois angélique et maléfique de ce parfum, visible en presse (photographes Mert & Marcus) et télévision (réalisateur Romain Gavras), où elle danse sur une chorégraphie d’Akram Khan.

DISTRIBUTION Parfumeries, grands magasins. Le 26 août

Facebook
Twitter