Matériaux : le plastique peut-il remplacer le verre ?

De nouvelles générations de plastiques revendiquent des qualités quasiment identiques à celles du verre. Dans quelle mesure ces résines peuvent-elles rivaliser avec lui ?

“Depuis une vingtaine d’années, nous assistons à un chassé-croisé permanent entre le verre et le plastique, constate Didier Rica, fondateur de Rica Consulting & Design, entreprise de conseil et de design appliqués aux produits de luxe. Il n’existe pas de règle absolue, surtout pour les produits de beauté. L’arbitrage entre ces deux matériaux s’effectue surtout sur des critères marketing.” Le choix entre le verre et le plastique pour contenir des formulations cosmétiques ou des parfums serait-il une question d’image ? Oui, mais pas seulement. Crystal Transparency de Rexam, Glasspolymer de Rebhan, Millad NX8000 de Milliken et Adop France, Metocene RM2231 de LyondellBasell… Sous ces noms parfois barbares se cachent de nouvelles résines développées dans le but affiché de concurrencer le verre.

Les qualités barrière du verre

Toutefois, ce dernier apparaît comme le matériau le plus compatible avec les solutions alcooliques et possédant les meilleures qualités barrière. “Il offre un gain de temps indéniable lors des développements et lancements de nouveaux produits. Avec lui, nul besoin de tests de compatibilité contenant/contenu. Le plastique a certes beaucoup progressé ces dernières années, reconnaît Catherine Descourtieux, directrice marketing et communication chez SGD, mais le verre reste la matière de référence, de par sa brillance, sa neutralité et sa noblesse. Son poids lui donne également un effet plus luxueux. Aujourd’hui, 99% des parfums sont présentés en flacon de verre et ce phénomène ne nous semble pas près de changer.”

Si, effectivement, les choses paraissent entendues concernant les contenances de 50 et 100 ml, il n’en va pas de même pour celles de 10, 15 et 20 ml. Rexam a d’ailleurs lancé un nouveau matériau fin 2009. “Fabriqué à base de polypropylène, Crystal Transparency s’adresse particulièrement au marché de l’échantillonnage afin de résoudre, notamment, les problèmes de casse, fréquemment rencontrés avec le verre. Il est aussi moins lourd à transporter, développe Emmanuel Mauduit, directeur innovation pompe chez Rexam. Toutefois, les packagings réalisés avec cette matière doivent être de faible épaisseur, au risque de voir apparaître un aspect laiteux à l’intérieur du pot. Si les bouteilles et certains pots sont en verre, les capots et bouchons sont, dans leur grande majorité, déjà passés au plastique, apportant davantage de praticité aux consommateurs.”

Les multiples atouts du Surlyn

Parmi les ressources les plus connues et les plus utilisées, le Surlyn arrive en tête. Ce polymère, qui a récemment fêté ses 25 ans, a permis, à ses débuts, de fabriquer des bouchons moulés. Les premiers ont été produits en 1984 pour des échantillons. “La combinaison unique de propriétés offerte par le Surlyn permet d’obtenir une transparence cristalline, un aspect attrayant et un toucher sensuel. Elle facilite en outre la production, indique-t-on chez DuPont Packaging. Autre atout non négligeable, ce polymère résiste parfaitement aux ingrédients contenus dans les fragrances. Les capots en Surlyn ne cassent pas, ne se craquellent pas.”

Enfin, lorsque l’on aborde les préoccupations environnementales, là aussi les avis divergent. Les verriers mettent en avant la “recyclabilité” de leur matériau et les transformateurs de plastique leur opposent les forts besoins en énergie pour le produire. En effet, certaines résines ne se recyclent pas facilement et il n’existe pour l’heure aucune filière, alors que celle du verre est très bien organisée.

Mais comme l’indique Mary Largemain, responsable commerciale chez Quadpack : “Le verre et le plastique possèdent chacun des qualités, environnementales ou non. Le plastique peut par exemple être davantage adapté pour la production de petites séries. Ses qualités visuelles peuvent concurrencer celles du verre, sans pour autant correspondre aux attentes de certaines références du luxe”.

Facebook
Twitter