écologie : la beauté au chevet de la biodiversité

Rik Kutsch Lojenga, UEBT

Dans le cadre de l’Année internationale de la biodiversité, les marques de cosmétique s’engagent et font découvrir au grand public cet aspect du développement durable.

Cet été, les marques s’investissent pour faire découvrir au grand public les enjeux de la biodiversité, c’est-à-dire de la variété des espèces et des écosystèmes. Yves Rocher propose depuis fin mai les “Samedis de la biodiversité” à La Grée des Landes, son éco-hôtel spa situé à La Gacilly. Weleda s’associe à la Maud Fontenoy Fondation pour financer des projets de sauvegarde de la diversité biologique marine. La marque met en vente un doudou dont la moitié du prix sera reversée à la fondation. à l’aide d’un guide édité pour l’occasion, Klorane a choisi de sensibiliser le public scolaire au problème des plantes exotiques envahissantes.

Des initiatives qui ne sont pas seulement des opérations d’image car, pour les marques, la préservation de la richesse écologique est devenue une préoccupation majeure. “C’est une source d’innovation et de croissance pour les sociétés car les ingrédients naturels sont très utilisés et il faut garantir la pérennité de leur filière”, explique Rik Kutsch Lojenga, directeur exécutif de l’UEBT (1).

Un enjeu de filière

Et cette année, cet enjeu est sous les feux de l’actualité. En effet, 2010 a été proclamée Année internationale de la biodiversité par les Nations unies. “L’événement capte l’attention des entreprises à plusieurs titres, poursuit Rik Kutsch Lojenga. Les acteurs du secteur prennent conscience de l’importance de la sauvegarde de cette diversité et des conséquences si elle n’est pas respectée.” Ils revoient l’organisation de leurs filières et commencent à le faire savoir.

L’UEBT a rendu public en avril dernier un baromètre montrant que seules vingt et une des entreprises de la beauté sur les cent plus grandes du secteur communiquant sur le développement durable mentionnent la biodiversité, et douze d’entre elles citent des pratiques de sourcing respectueux. Un chiffre qui devrait s’accroître car les actions en faveur de la diversité des espèces se développent. “Pour preuve, lors du dernier salon In-Cosmetics, de nombreux exposants ont communiqué plus massivement sur le sujet”, a constaté Rik Kutsch Lojenga.


En savoir + : ethicalbiotrade.org

Facebook
Twitter