Anne Kirby, PDG de Bourjois : uNE POUR TOUTES

«Nous avions décidé de créer un nouveau projet beauté.» Anne Kirby.

Elle a fait toute sa carrière chez Bourjois, inventant même une nouvelle marque de maquillage, baptisée simplement Une. Les rédactions de CosmétiqueMag et CosmétiqueHebdo l’ont élue femme de l’année 2009.

Une, c’est un maquillage toujours naturel, et bio si la formulation permet un vrai plaisir d’utilisation. En effet, l’écologiquement correct n’était pas le point de départ de la stratégie de Bourjois, même si le packaging est à la fois léger et recyclable. “À l’origine, nous avions la volonté de nous diversifier. Il y a près de trois ans, la décision a donc été prise de créer une deuxième marque ou, mieux encore, un nouveau projet beauté. Ceci était plus important que d’être bio”, rappelle Anne Kirby, PDG de Bourjois. Cette naissance laisse visiblement un bon souvenir à la présidente. Elle évoque une élaboration comme une évidence, la fluidité dans son développement avec un management et un travail d’équipe exemplaires – avec Sophie Dugué comme directrice marketing de Une et Éric Bouvier, alors responsable du marketing corporate. Mais aussi l’excitation de l’aventure, le plaisir d’avoir un nouveau point de vue dans la maison même si, reconnaît-elle, “ce projet n’était pas naturel pour Bourjois”.

Tous les échelons

Cette maison, Anne Kirby la connaît bien puisqu’après des études littéraires, elle lui a consacré sa vie professionnelle, à l’exception d’un passage chez Schweppes comme assistante chef de produit. C’est à cette même fonction qu’elle intègre, en 1989, l’entreprise filiale de Chanel. Elle en gravit tous les échelons jusqu’à en prendre la présidence en 2007, succédant à Françoise Montenay. À elle de gérer le destin de cette grosse PME dans le monde de géants que sont les fournisseurs d’hypermarchés, qui présente la spécificité d’être diffusée dans plusieurs circuits, entre les GMS et les parfumeries sélectives avec des détours par la parapharmacie. Mais les défis lui plaisent : “Nous aimons être le challenger, conquérir l’espace, car quand nous l’avons, nous réussissons. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce statut est confortable car il apporte de la liberté.”

Un des défis de ces dernières années a été le retour de Bourjois dans le rayon maquillage des grandes surfaces, dont elle était sortie et où elle est la seule petite entreprise face à des leaders mondiaux. En quatre ans, la griffe a reconquis 80% de DV dans les hypermarchés, où elle détient une part de marché valeur de 12,2% (source IRI, avril 2010, PDM détenteurs) contre 17,5% chez Monoprix à la même période.

500 portes aujourd’hui

Mais le challenge que les équipes n’avaient sans doute pas envisagé lors des prémices de Une est que le lancement aurait lieu en pleine crise… Cela ne semble pas avoir freiné les clients. 500 portes aujourd’hui, 700 à 800 d’ici à la fin de l’année et un panel d’enseignes aussi varié que les femmes – très naturelles bien sûr – portant les couleurs de la marque dans la campagne publicitaire : Monoprix, l’incontournable sur le marché du maquillage et où elle a conquis la cinquième place (détenteurs), Nocibé et Douglas, Beauty Success et Passion Beauté, le Printemps et les Galeries Lafayette, Oïa Beauté et des parfumeries indépendantes, Parashop ou encore Biu Beauté Bio, sans doute séduit par la certification Ecocert d’un certain nombre de références.

Cette expansion passe aussi par l’export. Une sera implantée dans une dizaine de pays cette année, alors que l’international représente 70% de l’activité de l’entreprise, contre 50% il y a cinq ans. La crise n’a donc pas freiné Anne Kirby, d’autant moins que Bourjois est en plein lancement d’Écoute ta Nature ! by Yannick Noah en GMS. “Serions-nous masos ?” conclut-elle en riant.

Facebook
Twitter