Produit : la pierre d’Alun, l’atout naturel des déodorants

Associée à la perlite chez Garnier, à l’argile blanche chez Bourjois ou utilisée seule chez Sanex, la pierre d’Alun séduit les marques.

Après les parabènes, les sels d’aluminium font débat et les déodorants sont de nouveau montrés du doigt. Les marques répondent avec un minéral aux multiples propriétés.

Narta, Garnier, Bourjois, Sanex. Autant de marques ayant misé sur la pierre d’Alun, évocatrice de naturalité, pour contrer la polémique sur les sels d’aluminium. Comme les parabènes, ces derniers font l’objet d’un débat sur leur activation des récepteurs des oestrogènes, induisant une action sur la fertilité et les tumeurs cancéreuses du sein. Si rien n’est prouvé scientifiquement, l’opinion publique semble tout de même appliquer le principe de précaution. Les marques en ont pris acte et ont orienté leurs recherches pour trouver d’autres ingrédients.

Efficacité et innocuité

Cette démarche a nécessité plusieurs années – quatre pour le complexe à la pierre d’Alun en spray de Sanex – car les sels d’aluminium pouvaient représenter jusqu’à 25% des formules des antiperspirants en raison de leur grande capacité à réduire le flux de transpiration. “La formulation a pris le temps nécessaire pour considérer les besoins, trouver des ingrédients assurant une efficacité équivalente à celle des produits existants, tout en garantissant une parfaite innocuité sur la peau”, explique Nathalie Massé, chef de produit international senior hygiène et soins du corps Bourjois. “Cette tendance est importante car c’est un produit d’hygiène quotidienne, dit impliquant, qui touche réellement à l’intime. Sans rinçage, il reste sur la peau, il est donc important de rassurer le consommateur sur l’innocuité des ingrédients utilisés”, insiste Marion Brunet, directrice marketing de LaScad (Ushuaïa, Narta, Mennen, etc.).

Purifiante mais sans effet sur l’humidité, la pierre d’Alun doit être associée à un autre ingrédient. Les équipes recherche & développement du groupe L’Oréal ont mis en avant les vertus de la perlite, une roche volcanique cinq fois plus absorbante que le talc, favorisant l’évaporation. “Intégrée dans un déodorant, la perlite fonctionne comme des milliers de micro-éponges, qui absorbent l’humidité affleurant à la surface de la peau, pour un résultat sec dans la durée”, explique Marion Brunet. La perlite tient donc compagnie à la pierre d’Alun dans les nouvelles références Narta et Garnier, qui en fait la star de sa première gamme de déodorants sous le nom de minéralite.

Chez Bourjois, la pierre d’Alun est alliée soit à l’argile blanche pour ses propriétés absorbantes, soit à des nacres lissantes pour un bénéfice cosmétique et un effet peau lisse instantané, soit à des oligo- éléments marins, extraits de l’algue marine fucus, pour leur action régénérante. Seule ou accompagnée, la pierre d’Alun est bel et bien l’actif déodorant de l’année.

Facebook
Twitter