les matériaux verts d’aujourd’hui et de demain

L’herbe se transforme en Agriplast

L’Allemand Biowert a mis au point, en 2009, un plastique composé de 30 à 50% d’herbe séchée puis transformée en granulés, selon un procédé secret et breveté. Une fois mélangé à de l’ABS, du PE, du PP ou du SAN, l’Agriplast est injecté pour devenir des pots ou des boîtiers de maquillage. Pour l’heure, aucune application n’est encore sur le marché, le matériau étant en tests de compatibilité contenant/contenu réalisés par de grands noms de la cosmétique. Selon son fabricant, son coût de revient est le même que celui d’un plastique classique.

Des calages à partir de fibres de bois

CGL Pack développe le Polywood, déjà “apte à l’alimentaire”, pour la cosmétique. “Il est composé pour 15 à 20% de fibres de bois issues de forêts européennes labellisées PEFC, mélangées à du PP, détaille Miriam Bozzetto, responsable communication. Ce matériau associe des propriétés barrière et de résistance. Son toucher agréable répond aux attentes de la beauté. Il est particulièrement adapté pour réaliser des suremballages et des éléments de calage. De plus, sa teinte varie selon les essences utilisées (hêtre, épicéa).”

Facebook
Twitter