Ingrédient : la centella asiatica, élixir de jouvence

Elle n’est pas bien grande mais elle n’en est pas moins un ingrédient incontournable des soins anti-âge. Également baptisée “herbe du tigre”, la Centella asiatica a de nombreuses vertus.

Présente dans les nouveaux soins Dior ou le mascara Lancôme, la Centella asiatica est devenue un élément majeur des derniers lancements. Mais avant d’être un actif cosmétique, cette petite plante herbacée a d’abord été exploitée pour ses propriétés curatives. Poussant en Asie et en Océanie, dans des sols humides, elle est employée depuis longtemps en médecine chinoise et ayurvédique. La Centella asiatica possède de nombreuses propriétés, agissant notamment sur la tension nerveuse, le stress ou la cicatrisation. On la trouve aussi depuis plus de cinquante ans dans la médecine occidentale, à travers des médicaments comme le Madecassol (sur ordonnance), prescrit dans le cadre de traitements cutanés.

Pour le visage, le corps, les cheveux

Ses applications cosmétiques ont débuté il y a une dizaine d’années. Les laboratoires utilisent les extraits actifs de la plante, que l’on appelle aussi des hétérosides, à savoir le madecassosside et l’asiaticoside. “Ils ont un effet sur l’activation de la synthèse du collagène et l’organisation du derme, explique Anne Clément, directrice scientifique de Dr Pierre Ricaud, et ils exercent une action modératrice sur les phénomènes inflamma- toires.” C’est pour ces raisons que les laboratoires Dr Pierre Ricaud ont choisi d’en mettre dans Sensitive Lift, une crème anti-âge destinée aux peaux sensibles.

Même idée chez Dior, où la Centella de Madagascar est employée pour son action sur la synthèse du collagène dans la nouvelle ligne Hydra Life, dédiée aux trentenaires. Elle permet un effet lifting en douceur pour lutter contre les premiers signes de l’âge.

Chez Clarins, c’est plus particulièrement l’asiaticoside que l’on retrouve dans de nombreux produits. Les propriétés régénérantes de l’actif ont séduit la marque, qui s’en sert aussi bien dans des soins visage anti-âge que dans des crèmes corps, comme dans le Soin complet spécial vergetures où il relance la production de collagène.

L’Oréal fait un emploi différent de la Centella. Le groupe s’est penché sur le pouvoir stimulant du madecassosside pour lutter contre la chute des cheveux. Il a décliné son savoir dans des mascaras à l’action soignante, chez Lancôme d’abord, avec Ôscillation Powerbooster puis avec Hypnôse Precious Cells, sa dernière innovation. La division Grand public a repris cette technologie pour le mascara Double Extension de L’Oréal Paris. Une utilisation originale, qui laisse penser que la Centella asiatica a peut-être d’autres vertus encore inexploitées.

Facebook
Twitter