MARKETING : bourjois innove sans relâche

«Bourjois est une entreprise ancienne mais qui a toujours voulu s’adapter aux attentes de la société», explique Éric Bouvier, directeur général France.

La plupart des marques ont traversé 2009 en faisant le dos rond, « entretenant leurs piliers », selon la formule consacrée. Pourtant, il en est une qui n’hésite pas à explorer de nouveaux territoires et à lancer des marques filles à l’univers bien distinct. Avec Une en septembre, Bourjois a tenté l’aventure du maquillage naturel, à la fois bio et nude. Après quelques semaines de présence en magasin, la marque annonce 5,6% de part de marché en valeur dans les points de vente détenteurs, et son déploiement doit se poursuivre en 2010. Bourjois récidive dès ce mois-ci avec écoute ta Nature !, une gamme d’hygiène et de soin cautionnée par Yannick Noah (lire p. 40). Deux projets très différents pour l’historique marque aux fards ronds du groupe Chanel.

« Bourjois est une entreprise ancienne mais qui a toujours voulu s’adapter aux attentes de la société, explique Éric Bouvier, promu directeur général France en janvier dernier. Le développement durable fait partie des préoccupations du groupe, et ce travail en profondeur se retrouve sur les gammes existantes comme sur les marques dédiées. » Les recherches en formulations naturelles bénéficient ainsi à d’autres produits estampillés Bourjois, comme le mascara Volume Glamour Ultra Care, sorti en janvier, ou une nouvelle ligne de déodorants minéraux lancée ce mois-ci. Autant d’initiatives qui montrent l’implication de l’entreprise sur un positionnement glamour, accessible et durable : « Dans les périodes un peu troubles, compenser une baisse de chiffre d’affaires par des « coups » marketing ne fait pas partie de la philosophie de la marque. Une et écoute ta nature ! sont construits sur le long terme. » Le dirigeant dément au passage la rumeur selon laquelle Chanel pourrait désengager sa recherche de Bourjois, voire céder la marque. « Il n’y a jamais eu d’exclusivité avec les laboratoires en interne. Sur des projets spécifiques, nous pouvons faire appel à d’autres labos. Mais il ne faut y voir aucun sous-entendu du point de vue actionnarial », assure le directeur général.

Facebook
Twitter